Vernissages, concerts, événements artistiques et culturels

«

»

jan
12

LES DROITS DE L’HOMME, LETTRE OUVERTE A LA LIGUE ET A BERNARD SANANES

LES DROITS DE L’HOMME

Lettre ouverte à la Ligue et à M. Bernard Sananès

Par Richard Sünder

A propos de l’affaire Dieudonné M’Bala M’Bala, la Ligue des Droits de l’homme dénonce une atteinte à la liberté d’expression. Sans parler de ceux qui souhaiteraient nous ramener sous le régime de la « liberté d’expression totalitaire » — celle de la Pravda et des Démocraties populaires, alors que, de 1917 à 1991 et 1992, il aura fallu quelque soixante-quinze ans pour vainement tenter de s’en débarrasser ! La Russie est toujours une « Démocratie populaire », convertie au système de l’entreprise libérale pour produire des millionnaires, tout en restant soumise au totalitarisme de Vladimir Putin.

Constitution physique

et constitution métaphysique

C’est à Senlis que se constitue

le Royaume à fleurs de lys

C’est pourquoi il semble opportun de rappeler que la Déclaration des Droits de l’homme et du Citoyen du 26 août 1789 a été votée par les représentants du peuple français constitués en Assemblée nationale — par le Serment du Jeu de paume : ils avaient juré de ne pas se séparer avant d’avoir doté la France d’une Constitution, autre que celle, hypothétique et métaphysique, parce que divine, fondée sur le Dieu catholique, non moins hypothétique et métaphysique, par l’assemblée des grands de France à Senlis en 987. C’est à Senlis, paradoxalement, qu’a commencé le règne du royaume à fleurs de lys. En 986, en effet, Louis V, fils de Lothaire, meurt, sans héritier, des suites d’un accident de chasse. L’année suivante, 987, Hugues Capet, évinçant Charles de Lorraine prétendant carolingien, se fait élire par l’assemblée des grands du royaume réunie à Senlis, comme souverain du royaume de France, alors grand comme deux départements actuels, le 1er juin. Un mois plus tard, Hugues Capet est sacré roi à Noyon (pas à Reims) le 3 juillet 987 par l’archevêque de Reims, Adalbéron, qui a joué un rôle décisif dans le choix du souverain. Reste que le dernier descendant d’Hugues Capet, en 1789, est Louis XVI. Lequel entend rester fidèle à l’onction divine de la Constitution métaphysique… donc hypothétique, imposée, huit siècles plus tôt, par l’archevêque de Reims Adalbéron.

2 août 1789 : la Constitution physique

placée en tête de la Constitution

de 1791, puis de 1793 et même de 1958

C’est bien la Constitution divine, donc métaphysique qui a permis à Louis XVI d’être couronné roi, à Reims, le 11 juin 1775, par le dieu des catholiques et de son représentant : l’archevêque de Reims, Mgr de La Roche-Aymon. Or cette Constitution divine, donc métaphysique, vient d’être remplacée le 26 août 1789, par la Constitution, bien physique celle-ci, établie par l’Assemblée nationale des représentants du peuple français qui en avaient fait le serment au Jeu de Paume. Le 2 août 1789 la voici placée en tête de la Constitution de 1791, puis en tête de la Constitution de 1793, aussitôt suspendue pour cause de guerre entre la France et les troupes alliées de Prusse et d’Autriche, par le Manifeste du duc de Brunswick, qui menace la population de Paris de représailles si la sûreté de la famille royale n’est pas assurée ! Manifeste si maladroit qu’il entraîne aussitôt l’assaut des Tuileries, le 10 août 1792, et le massacre des gardes suisses. Ce qui n’empêchera pas que le préambule de la Constitution du 4 octobre 1958 l’a remise en vigueur, tout comme l’avait fait le préambule de la Constitution de 1946.

Il faut, ici, préciser — afin que M. Dieudonné M’Bala M’Bala, ses avocats, ainsi que la Ligue des Droits de l’homme, qui, semble-t-il, en ignorent tout, n’en ignorent plus rien, afin de mieux mesurer l’ampleur spatiale et temporelle du jeu auquel ils croient jouer et des Constitutions en cause.

abolition des privilèges par Noailles,

droit à la liberté, à la propriété,

à la sûreté par Aiguillon

Fait peu connu ce préambule, après avoir rappelé « les droits naturels inaliénables et sacrés de l’homme » — liberté et égalité des droits et des devoirs, abolition des privilèges proclamée dans la nuit du 4 août sur proposition du vicomte de Noailles, mais aussi, sur proposition du duc d’Aiguillon, droit à la liberté, à la propriété, à la sûreté et résistance à l’oppression — stipule que c’est l’ignorance ou le mépris de ces droits qui a « empêché le maintien de la Constitution [civile et physique] et le bonheur de tous ». La France est alors le seul pays avec les Etats-Unis d’Amérique à inclure le bonheur dans sa Constitution. Qu’est-ce que le bonheur ? Nul ne l’a défini ! Hormis moi-même, grâce à Marcel Proust — madeleine, serviette empesée et dénivelée des pavés de la cour de Guermantes, en descendant de sa voiture, immédiatement reliée à la dénivelée des dalles du Baptistère de Saint-Marc à Venise ! Comme si les deux espaces ne faisaient plus qu’un ! L’espace et le temps étant indissociables, le Bonheur, c’est l’abolition du Temps physique en l’Eternité métaphysique ! Ce que Gaston Bachelard appelle naître et renaître soi-même, en tant que soi-même et non pas dans l’ignorance de son origine, ce qui est « la faute originelle ».

Déclaration des Droits de l’homme

proclamée en présence

de… l’Etre suprême

Certes, la Déclaration des Etats-Unis est une déclaration de propriétaires, quand celle de la France est une déclaration universelle qui vise au bonheur de tous. Difficile de prétendre que l’objectif est atteint. Cependant, je cite : « En conséquence, l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les droits suivants de l’Homme et du citoyen », notamment l’article 9 qui implique la présomption d’innocence en l’absence d’une condamnation de justice et les Articles 10 et 11, à savoir :

« Article 10 — Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. »

« Article 11 — La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Être suprême donc Être absolu,

donc Créateur à l’exclusion

des Dieux des Eglises

Remarquons — ce que presque tout le monde ignore — que « ces droits sont déclarés en présence et sous les auspices de l’Être suprême » c’est-à-dire de l’Être absolu, donc — s’il existe — du Créateur mais en aucun cas des Dieux des Eglises, quels qu’ils soient. Le Verbe absolu pose le problème de la parole de Dieu et de la parole du Diable. Si le Verbe est absolu, il doit être simultanément la parole de Dieu et la parole du Diable ! Faute de quoi, il lui manquerait quelque chose : quasiment la moitié divisée, donc diabolisée… de la parole du Diable et il ne serait donc pas absolu !

Le seul reproche que l’on peut faire à l’anamnèse psychosomatique ou psychobiologique classique, c’est qu’elle ne résout pas le conflit absolu qui est à l’origine de toutes nos angoisses : l’angoisse existentielle, essentielle et néantielle de la mort. Les Eglises ne le résolvent pas davantage dans la mesure où elles ne proposent — pour résoudre cette angoisse de la mort — que la foi ! La foi des veaux dévots croyants. Ce qui ne résout rien pour ceux qui n’ont pas la foi, aussi bien que pour ceux qui l’ont eue mais qui, comme moi, l’ont perdue. Ce fut, en effet, mon cas, dans ma douzième année. L’aumônier du lycée de Reims m’avait accusé d’orgueil… non pas satanique mais… luciférien ! Satan est le démon matériel, donc atomique, qui vit du feu des enfers. Lucifer est l’Ange de lumière.

Lucifer ! l’Ange de lumière qui s’empare de la puissance divine !

Le problème de l’angoisse de la mort

et sa solution : unifier la parole

de Dieu et la parole du Diable

Pareille accusation marque un adolescent de douze ou quatorze ans pour la vie ! C’est probablement ce qui m’a conduit, sans le savoir, à bâtir le modèle géométrique de l’Arithmétique thermodynamique — laquelle étant infinie, est le Verbe absolu : donc le langage même du Créateur. D’autant plus clairement que, en Zéro, l’infinité de ses nombres sont tous condensés en un seul et qu’elle constitue donc l’énergie infinie, la puissance absolue, donc l’Être absolu ; et qu’en l’Infini, l’infinité de ses nombres se vide instantanément en l’infini, se décondensant en l’espace infini et qu’elle s’inverse alors en l’inertie infinie, l’impuissance absolue, donc le Néant absolu ! Être et Néant sont alors instantanés et simultanés !

Ce modèle géométrique de l’Arithmétique était le travail du deuil de ma grand-mère, que je n’ai fait que quinze ans après sa mort. Je n’étais, certes, pas très précoce et j’avais — c’est le moins qu’on puisse dire — l’intelligence plutôt lente. A moins que, n’ayant rien appris, ayant donc la mémoire presque absolument vide, quasiment sans rien qui l’encombrât au risque de freiner mon intelligence, celle-ci fût capable de se mouvoir à vitesse quasiment infinie pour trouver les réponses qu’aucune Université ne m’avait apprises… ! Bref, j’avais l’esprit d’autant plus vif et mobile qu’aucune connaissance ne l’encombrait…

Les premiers chrétiens appelaienJésus…

Lucifer, l’Ange de lumière

Chose peu connue mais authentique, Lucifer, l’Ange de lumière, est le nom même que les premiers chrétiens donnaient à… Jésus ! Avant, certes, que l’aumônier du lycée de Reims ne me l’attribue ! Il y aurait là de quoi perdre son latin, s’il ne s’agissait pas de l’hébreu, si cher à Monsieur Dieudonné M’Bala M’Bala, si dur soit-il, qui, paradoxalement, ne veut pas être qualifié de nazi même s’il regrette la fermeture prématurée des camps d’extermination nazis avant qu’on n’y ait gazé, hors la bande de Gaza, mon malheureux confrère Cohen qu’il souhaite vouer aux gémonies infernales du Zyklon.

L’énigme du « Fils de l’Homme »

Autre inconvénient des diverses solutions religieuses, c’est que toutes les Eglises — à la seule exception peut-être du bouddhisme, mais est-ce une Eglise ? — prétendent toutes être chacune la seule à détenir la parole de Dieu, à l’exclusion de toutes les autres qui ne détiennent alors… que la parole divisée de Dieu — qui est l’Unité absolue mais qui, divisée, donc diabolisée, devient la parole du Diable. Quant à la division du Verbe absolu qui est bien la parole de Dieu, elle est alors le Symbole absolu divisé en diaboles. C’est la diabolisation du Verbe par le Diable ! C’est là ce qui fut la cause des croisades… On les croyait finies. Mais elles sont bien revenues sous forme de boomerang djihadiste et de croisades antisémites comme celles de Dieudonné M’Bala M’Bala dures… et même très dures.

Comme je suis respectueux de toutes les Eglises et que je crois ce qu’elles disent, force est de constater qu’elles ont toutes raison et que, par conséquent, chacune d’elles détient la parole de Dieu quand toutes les autres portent la parole, divisée, donc diabolisée, de Dieu en parole du… Diable ! En douter serait mettre en cause la validité même de leur parole. Ce qu’à Dieu ne plaise, je me garderai de faire. Ce qui pose le problème de savoir qui est le « Fils de l’homme » — énigme résolue, qui fera l’objet d’un autre papier.

Dieudonné : Machine arrière toute !

Il reconnaît sa défaite.

M. Bernard Sananès, président de l’Institut études et sondages du CSA, semble ignorer les articles 9, 10 et 11 du préambule de notre Constitution, aussi bien que la récusation par Elie Seimoun de son association passée avec Dieudonné M’Bala M’Bala et même l’aveu de sa propre défaite par ce dernier. Quant au fait qu’une majorité de Français et la Ligue des Droits l’Homme déploreraient l’atteinte à la liberté d’expression, ils ignorent à l’évidence les articles 9, 10 et 11 des Droits de l’Homme qui restreignent la liberté d’expression quand on regrette la disparition des chambres à gaz avant d’y avoir gazé mon malheureux confrère Cohen. Les propos antisémites, le soutien implicite à la Shoa et aux nazis qui l’ont organisée, les quenelles faites par ses partisans aux gendarmes et des condamnations à 65.000 euros d’amendes — dont le paiement n’a jamais été réclamé — violent l’article 10 qui restreint la liberté d’expression. M. Dieudonné M’Bala M’Bala dur, semblable au Titanic face à l’iceberg, a lâché beaucoup de mou et fait machine arrière toute ! C’est un progrès de renoncer à foncer tête baissée dans Le Mur ! Un peu tard sans doute, bien que les résultats de l’enquête sur « l’éventuelle organisation frauduleuse de son insolvabilité » ne soient pas encore connus et qu’à cet égard la présomption de son innocence soit valide.

R.S.

7 commentaires

  1. pumotat3 a dit :

    A few years ago I’d have to pay someone for this inmonfatior.

  2. pumotat3 a dit :

    Filyanl! This is just what I was looking for.

  3. vanmuysen a dit :

    Bonsoir M.Sünder,
    J’aimerais vous faire parvenir un dessin géométrique représentant peut être les vidéons ou antivédéons de votre cosmogenése
    ainsi que le ruban de Moïbus écrasé, qui ressemble beaucoup à la théorie de Nassim Haramein en n’y rajoutant celle de M. J.P
    Garnier-Malet sur le dédoublement d’une particule imaginaire?
    Tout en vous précisant que je n’ai pas l’autorisation de faire figurer sur mon dessin protégé par copyright, les dimenssions de la grille de M.Selaudoux.
    Bien amicalement
    E.V

    1. Richard Sünder a dit :

      Cher Monsieur,
      J’attends votre envoi avec curiosité. En fait, les vidéons sont les points physiques les plus petits possibles du Cosmos physique. Ceux que Wittgenstein appelle les « objets simples ». Lesquels ne sont que des condensations des « objets infiniment simples » que sont les zéros de l’Arithmétique. Lesquels sont des points mathématiques dont toutes les dimensions sont nulles, y compris le volume. Les points mathématiques avaient été prédits ou postulés par le philosophe présocratique Anaximandre et, au XVIIIe siècle, par le jésuite Boscovich, qui parlait de « points sans extension », donc de volume nul. Le modèle géométrique de l’Arithmétique thermodynamique (l’Arithmétique étant la Thermodynamique — température infinie en Zéro et température infiniment nulle, donc glaciation et cristallisation infinies en l’Infini vide) a l’avantage de « mettre le feu », donc d’assurer la dynamique de ses propres équations infiniment simples à l’origine. Elle est aussi l’énergie absolue en Zéro et l’inertie absolue en l’Infini, la néguentropie et l’entropie absolues.
      La Cosmogenèse de l’Arithmétique a été bâtie entre 1972 et 1974 et quantifiée en 1978 (publication cette année-là dans le mensuel « Don Quichotte »)
      J’ai entendu parler de Nassim Haramein et de J.P. Garnier-Malet mais pas de M. Selaudoux.
      Bien cordialement à vous,
      R.S.

  4. Paricide a dit :

    S’en prendre à Dieudonné n’est pas une preuve d’intelligence, mais LA preuve de sa soumission à ceux qui remettent en cause notre intelligence quant à réalité de nos démocraties …

    1. Richard Sünder a dit :

      Cher Monsieur vous avez sûrement raison, puisque j’ai bien écrit que j’avais l’intelligence plutôt lente. Je ne visais modestement qu’à rappeler que c’est paradoxalement à Sans Lys qu’est né le royaume à fleurs de lys. Quant à votre commentaire, sa clarté est tout à fait remarquable ! Votre maîtrise de la langue française est si parfaite qu’il est impossible de savoir à qui il se rapporte.
      R.S.

  5. Richard Sünder a dit :

    A propos de la concubine du chef de l’Etat — qui n’est évidemment pas la « première dame » (comme disent les Américains) et qui n’est pas reçue dans de nombreux pays qui ne reçoivent que l’épouse du président, notamment des pays arables — ce qui ne manque pas de sel, compte tenu du fait que nombre de chefs d’Etats arabes ont de nombreuses épouses et qu’il faut des Cadillac à vingt portes pour les transporter — Jean-Luc Mélanchon a déclaré que le chef de l’Etat (François Hollande qui, malgré son patronyme batave, n’est pas le président qui a mis le pays bas, il n’a fait que recueillir et poursuivre l’héritage de ses prédécesseurs) « devrait être davantage habité par la fonction présidentielle ». Mais il n’a pas cité de chefs d’Etat qui fussent « davantage habités par cette fonction ». Réparons cet oubli qui eût été éclairant : par exemple Mao Tse toung, Staline, Wladimir Putin, Bokassa et, pour finir l’illustre professeur de chinoiseries Yahan Loukh Melang Chon qui a si bien su rendre la parole au peuple qu’à toutes ses réunions, ses meetings de masse, et ses interviews il n’y a que lui qui parle. Il est si parfaitement identifié et même habité de la fonction présidentielle qu’il est le peuple tout entier à lui seul.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>